Semi de Paris 2014

Semi de Paris 2014
Semi de Paris 2014

Grâce à Globe-Runner, j’ai eu l’occasion de participer au Semi de Paris le week-end dernier. C’était pour moi la deuxième fois que je participais à cette course. Ma dernière participation datait d’un temps où je commençais le running, il y a 3 ans, avec un « record » à 2h09. Depuis, de l’eau a coulé sous les ponts parisiens et l’entrainement s’est fait plus régulier…

Me voilà donc dimanche dernier, sous un soleil radieux, devant les consignes à attendre un collègue du boulot (et un de ses amis) qui m’a motivé à participer et à choisir un dossard dans le sas 1h40. En l’attendant, je croise des visages connus de Versailles triathlon qui visent respectivement 1h30 et 1h20, bien loin de mon objectif…

10 minutes avant le départ , je rejoins le sas. Nous entendons le départ des préférentiels. Un micro-mouvement s’effectue, puis un plus grand (sans doute celui du premier grand sas, à savoir 1h35) et enfin, le sas 1h40 s’avance vers la ligne de départ. Un petit check à mes partenaires de sas et me voilà parti.

Dès les premiers hectomètres, j’ai l’impression d’être une fusée… Je regarde ma montre. Elle affiche 4’56″/km. Je suis dans les temps, les autres ne sont simplement pas dans le bon sas. J’en entends pester que certains (dont moi) forcent le passage, d’autres dire qu’en partant dans les premiers sas, ils auront plus de temps pour finir (sic); j’en vois marcher au bout de 2 kilomètres (re-sic). Bref, bien des personnes se sont inscrites dans le mauvais sas.

Sans m’en rendre compte, et dans le « trafic », j’ai semé mon collègue. J’arrive à trouver mon rythme une moyenne de 4’56″/km sur les 5 premiers kilomètres. Pour les ravitos, j’ai préféré utilisé mon bidon simple hydration pour être indépendant tout au long de la course. Je quitte donc Vincennes dans les temps.

L’entrée dans Paris est idéale. La course est enfin fluide. Le parcours légèrement en pente descendante me porte et j’arrive à garder mon allure malgré le « coup de cul » au 8ème kilomètre. Je passe le 10ème km en 49’14 » (et 4’54″/km de moyenne sur cette portion).

La portion entre le 10ème et le 15ème kilomètre est plate. Je suis content de moi car j’ai l’impression d’être encore frais, la course n’est pas subie. Je me dis qu’en 18 mois d’entrainement régulier, j’ai gagné 1’/km ce qui booste mon moral. Ces 5 kilomètres sont effectués à 5’03″/km. Je passe sous l’arche des 15 kilomètres après 1h15min05s. Je sais déjà que la barre des 1h50 sera franchie… mais je sais aussi qu’il sera difficile d’atteindre les 1h45, surtout que l’on attaque la partie montante du parcours.

Les 5 kilomètres entre le 15ème et le 20ème sont difficiles. Je commence à avoir le contre-coup de ce début de course trop parfait. La moyenne chute. Les secondes filent. 5’26″/km, 1h42min15s au 20ème.

Encore un peu plus de 1km, ne rien lâcher. Vincennes et son rocher; le château de Vincennes en vue; le tapis rouge d’arrivée. Un dernier sprint et je passe la ligne d’arrivée. 1h48min24s

Mon objectif est rempli. Je suis passé sous la barre des 1h50. Le travail commence à payer…

S’en suit alors un long calvaire. Les stands des ravitos d’arrivée sont presque vides (hors eau et Powerade), je met plus de 30 minutes à récupérer mon sac. Avec le recul, je me dis que j’ai au moins eu ma médaille de finisher… Sérieusement, ASO ?

Le Semi de Paris vu par les autres membres de la Runnosphère

– Franck

– Greg Runner

– Julien

– Philippe

– Salvio

5 Comments

  1. Pingback: @Shuseth » [Test] Mizuno Wave Rider 17

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.