Nocti’raid 2016 [53km – 717D+]

Nocti’raid 2016 [53km – 717D+]

Avant le départ, le sourire est encore là !
Avant le départ, le sourire est encore là !

Le weekend dernier avait lieu le Nocti’Raid. Cette année, suite au succès de l’année dernière, nous n’étions pas 3 mais 5 équipes d’UTC à prendre le départ.

Beaucoup de changements étaient prévus cette année. Le premier, qui n’est pas lié à l’organisation, est le temps. Exit le froid et la glace cette année, bonjour la boue et la pluie ! Je ne suis pas certain que ça soit allé dans le bon sens… Les autres changements, eux, sont à l’initiative des organisateurs:

  • Premièrement, l’utilisation du système Sportident qui permet de pointer à distance que le parcours est bien respecté (quand on voit les balises…)
  • Deuxièmement, les épreuves se font dans un ordre différent de l’année dernière
  • Troisièmement, un départ toutes les 30 secondes d’une équipe (je pense que l’idée est de limiter la création de bouchons sur les singles en VTT)
  • Je ne parle pas de l’énigme qui était anecdotique et capillo-tractée.

Reprenons donc au départ.

Les LAX actifs au complet
Les UTC LAX actifs au complet

Avec mon équipe, les LAX actifs, nous nous donnons rendez-vous à 18h à Orsay histoire de s’acquitter des formalités administratives en évitant la cohue. Sur l’organisation du box, nous avons appris de l’année dernière et disposons nos affaires dans des boites afin de ne pas les chercher sur les transitions et aussi, éviter la pollution par le sol (dont nous avons été victimes l’année dernière). Puis direction la Pasta-Party.

A 21h, le départ est donné pour la première équipe. Etant le dossard 67, nous partirons presque 40 minutes plus tard…

VTT

Vous reprendrez bien du D+ ?
Vous reprendrez bien du D+ ?

Nous montons sur le podium de départ pour nous élancer. Il y a trois rails devant nous pour nous faire redescendre sur la terre ferme. Je manque d’un rien de louper le rail; ç’eut été un départ mémorable! Les trois premiers kilomètres sont en orientation avant de retrouver le parcours balisé. Dès la première indication, nous nous trompons. En effet, la distance « 100m » et l’indication « à droite à la sortie du stade » sont contradictoires… Quand nous revenons sur la trace, nous accusons déjà 2 minutes de retard.

Je le sais, le VTT est mon point faible, d’autant plus que Laurent est, lui, dans sa discipline. J’essaye donc de ne pas me faire (trop) distancer. J’ai du mal à me rappeler cette partie. Je sais juste que j’ai poussé dans les montées, parfois sur le plat (la faute à la boue et au vent de face) et que les descentes et les relances dans les singles étaient mes seuls moments où je me suis amusé.

Le parcours, essentiellement en forêt était composé de quatre grosses bosses. Au final, pas loin de 300D+ sur 22km, rendu particulièrement exigent à cause de la boue omniprésente. Bien que nous ayons suivi scrupuleusement le balisage, nous avons manqué la quasi-totalité des balises (non-réfléchissantes), ce qui nous pénalisera de plus de 2h au final…

CO

A peine quelques centaines de mètres après être sortis de la base de survie, nous retrouvons les UTC Mud Guys de Vernon avec qui nous ferons une grande partie de cette épreuve. Cette année, la CO nous faisait quitter le campus d’Orsay au profit de la forêt d’Orsay à quelques kilomètres au sud-est. Bien que plus difficile, je l’ai préférée à celle de l’année dernière. Comme pour le VTT, j’ai trouvé dommage que les balises ne soient pas plus visibles. Une bande réfléchissante sur le cône aurait aidé les équipes sans en dénaturer le principe de l’orientation. Beaucoup de jardinage pour, au final, une balise loupée.

Bike & Run

Nocti'Raid, vous allez déguster !
Nocti’Raid, vous allez déguster !

… tout court cette année ! Pour ne pas manquer aux traditions, nous avons perdu Laurent dès le premier mètre ! Nous avions pourtant établi une stratégie sans faille pour ne pas nous perdre cette année. Enfin, elle aurait été sans faille si le Bike and Run avait été des boucles… A la sortie de la base de survie, donc du ravito, je vois le vélo de Laurent posé sur une barrière avec Xavier à côté. Persuadé qu’il est allé à la purge, nous attendons quelques minutes. ne le voyant pas revenir, nous réalisons qu’il a sans doute commencé l’épreuve depuis quelques temps. Nous partons donc en appuyant bien sur les pédales pour rattraper notre troisième co-équiper. Nous doublons beaucoup de monde et voyons beaucoup de vélos à terre, signe que le passé de vélo de main à main n’est pas respecté. Nous ferons donc de même. Après quelques kilomètres, nous revenons donc sur Laurent qui a bien avancé le bougre ! S’en suite un bon enchainement qui nous verra doubler beaucoup de concurrents. Je pense que nous devons être près de 16km/h de moyenne sur cette épreuve. Pas mal !

Tir

Cette année, il y a 3 épreuves de tir; une par concurrent. Laurent s’attache au tir à l’arc, Xavier à la sarbacane (dommage qu’il n’ait pas de souffle) et moi au tir à la carabine. Nous obtenons un score dans la moyenne haute qui nous permettra de grailler quelques minutes de bonus.

Le stand de tir est aussi une zone de gel du temps. Les équipes en profite pour se reposer. Nous retrouverons ici les deux autres équipes de Buc: Team UTC et UTC 3 (manquant singulièrement d’imagination quant au choix du nom de l’équipe).

Juste avant de repartir, nous écoperons de 2 minutes de pénalité, Xavier n’ayant de brassard réfléchissant.

Trail

A peine sorti, nous voilà parti, à trois équipes, sur la dernière épreuve: le trail. Annoncée plus courte de 3 kilomètres par rapport à l’année dernière, elle est réalisée sous la pluie et dans la boue. Assez vite, une des autres équipes nous largue. A six, nous essayons de faire des relais sur le plat et dans les descentes. Les montées, elles, s’effectuent au train. Là encore, les balises n’étaient pas évidente et seul le manque de vitesse nous a permis de ne pas les louper…

Bizarrement, le trail ne m’a pas paru si long que cela alors que, d’un point de vue totalement objectif, nous avons mis énormément de temps pour faire ces 12 kilomètres (près de 1h50) ! Je suis content de moi car je n’ai pas trop eu de moment de mou sur cette épreuve et j’ai même réussi à prendre le dernier relais lors de l’entrée sur le campus (la connaissance du campus grâce au B&R et à la CO l’année dernière y est pour beaucoup).

Bilan

Nous franchissons la ligne d’arrivée 6h38 après notre départ. Les 2h15 de pénalité plombent clairement notre classement final. Les deux autres équipes avec qui nous avons fait (une partie) du trail finiront en 6h28 (team UTC) et 6h47 (UTC 3). C’est donc les pénalités qui ont fait nos classements respectifs. C’est aussi un clic qui permettra à Team UTC, bien que devancé au classement final par le team UTC 3, de gagner le challenge entreprise.

D’un point de vue plus personnel, les minutes à gagner se cherchent à VTT. Mon VTT m’a d’ailleurs fait une farce lors du remontage post-course qui va, au final, se traduire par un changement du frein arrière, mais c’est une autre histoire.

Pour rappel, le CR de l’édition 2015.

One Comment

  1. Pingback: Nocti’Raid 2017 [56km – 917D+] – @Shuseth

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.