Devoirs de vacances: Skechers GoRun 4

Devoirs de vacances: Skechers GoRun 4

Commençons donc par les Skechers que je teste depuis début Juin. Au premier contact, j’ai été agréablement surpris par ces chaussures. Avant même le premier essayage, j’ai aimé le concept de deux chaussures en une; en effet, il est possible de mettre, ou pas, une semelle supplémentaire afin de donner un peu plus d’amorti et de drop. En quelque sorte, on peut transformer une pistarde à l’amorti faible et au drop de 4mm en une routière dynamique au drop de 8mm.

Lors du premier essayage, contrairement aux GoMeb Speed 2 testées l’année dernière, le feeling est bon aussi bien en mode routier qu’en mode pistard. Ce que l’on ressent immédiatement, outre le confort qui est excellent, c’est leur légèreté avec une masse sur la balance de 236g pour mon 44.

Au cours des trois derniers mois, j’ai pu les utiliser dans les sous-bois versaillais ainsi que sur le front de mer normand, notamment sur les planches deauvillaise, pour la plupart de mes séances de fractionné hors stade ainsi que pour les sorties longues « rapides » (enfin pour moi !).

Il m’a fallu m’adapter un peu pour ces chaussures car, même si elles autorisent le talonnage, il faut dire qu’elles sont faites pour favoriser une attaque médio-pied. Jamais prises au dépourvu, sauf dans des parties bien boueuses mais elles n’ont pas pour vocation le trail, elles m’ont apporté de bonnes sensations.

Personnellement, j’ai gardé la semelle de confort la majorité du temps, même s’il faut avouer qu’elles prennent un peu de volume car je trouvais que sans, les chaussures ne filtraient pas assez les aspérités du terrain, surtout en forêt !

J’ai également utilisé ces chaussures pendant le Versailles Running Tour (qui mériterait bien un article…) qui, heureusement cette année, était exempt de boue. Là encore, elles se sont révélées à la hauteur et m’ont permis de faire un bon temps.

Petit clin d’oeil à mon hobby, le triathlon, elles disposent d’oeillets au niveau du talon d’Achille qui permet d’enfiler ses chaussures très facilement (appelé Quick-Fit par la marque californienne); il ne reste qu’à les associer à des Xtenex pour en faire de chaussures idéales pour un triathlon S.

Bilan

J’ai été bluffé par ces chaussures, à la fois dynamiques et confortables, tout en étant capables de se métamorphoser grâce au concept de semelles amovibles.

Après plus de 300km, elles ne montrent toujours pas de signe d’usure, les sculptures des plots étant encore visible sur l’intégralité des chaussures. Cela laisse présager qu’elles pourraient atteindre 800-1000km sans problème.

Cerise(s) sur le gateau, elles sont disponibles dans plusieurs coloris sympas et disponibles à moins de 100€ (voir même moins de 80€ sur certains sites !), ce qui est assez rare pour être souligné.

Elles m’ont séduit. D’ailleurs, elles seront sans doute à mes pieds à la fin du mois pour le Paris-Versailles !

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.