[Test] Hoka One One – Rapa Nui 2

[Test] Hoka One One – Rapa Nui 2

Longtemps confidentielle, la marque Hoka est devenue grand publique assez récemment. Preuve en est, son apparition dans le magazine Capital en janvier dernier…

Bien loin du minimalisme, la marque étant connue pour son oversize, il est possible de courir avec une foulée naturelle, chère à Fred Brossard, avec la quasi-totalité des chaussures de la gamme.

Lorsque l’on découvre ces chaussures pour la première fois, on sait que l’on a à faire avec des Hoka, l’épaisse semelle étant mise en avant grâce à ses couleurs flashies.

Le test

Initialement, j’avais prévu de tester ces Rapa Nui pendant le Marathon des Causses et sa préparation. Malheureusement les évènements se sont mal goupillés. J’ai donc reporté ce test sur le Trail du Josas (l’article arrive bientôt, promis !).

J’ai donc sorti ces Rapa Nui pour la première fois lors de ma première sortie de reconnaissance du Trail du Josas. Ce jour-là, le terrain était assez gras, ce qui était idéal pour une prise en main pied. Un membre des Passpartout du Josas m’avait prédit alors une durée de vie faible pour les semelles… Allaient-elles tenir dans le temps ou s’user à vue d’oeil comme prédit ?

Au fil des kilomètres, j’ai oublié la taille de la semelle, la chaussure se comportant comme une chaussure à semelle normale. La tenue de la cheville en dévers, que je redoutais de par son effet « bras de levier », ne m’a pas paru mauvaise (il est vrai que l’ouest parisien n’est pas la région la plus à craindre pour cela…).

Ma plus grosse satisfaction fut son amorti: suffisamment ferme pour garantir une foulée dynamique (et malgré l’épaisseur de la semelle !), tout en gommant les imperfections du terrain. Avec elles, même les sorties (très) longues ne sont plus à craindre.

La confirmation a, pour moi, été le Trail du Josas et ses 35km. Je n’ai jamais eu à me soucier de problème d’accroche (il faut dire que le terrain était sec) ni de douleurs (genoux, voute plantaire, …). Et, comble pour une chaussure aussi épaisse, en montée, elles paraissent même légères !

Quant à l’usure, après un peu plus de 300km, je n’ai rien remarqué d’anormal. Pas d’usure prématurée mais avec uniquement quelques portions très limitées sur bitume.

Pour qui ? Pour quoi ?

Je la conseillerais pour des coureurs moyens ou légers qui cherchent du confort. Il ne me viendrait pas à l’idée de les amener sur piste, par contre pour les sorties nature et d’autant plus pour les sorties nature longues, elles sont à conseiller !

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.