RS#104 – Trail de l’Oisans

Samedi

Rendez-vous était donné samedi après-midi au gite d’Atamanta avec les autres membres du TTT. Dès l’arrivée, la bonne ambiance est là: ça chambre, ça discute, et on finit inexorablement par parler de trail et d’autres activités outdoor.

Nous profitons du ciel bleu alpin pour faire une séance photo du membres du team dans un champs situé derrière le gite. Cela a pour effet direct d’ouvrir l’appétit.

Ce soir, ça sera Pasta Party (original :p). Sous les ordres du cuisinier RunMyGeek, les commis du jour, Le Colibri et moi, aidons à préparer les « spaghettis bolo » qui réjouiront et rassasieront les plus affamer des membres du team, sans parler des desserts maisons 🙂 ; heureusement, pour digérer tout ça, des âmes charitables avaient apporté une décoction locale pour aider à la digestion (qui a parlé de Chartreuse ?)

Dimanche

Le réveil est fixé à 5h (pour un dimanche matin, ça pique…) histoire de pouvoir prendre une douche, un petit déjeuner et de prendre la route (le col d’Orlon étant à environ 1 heure de route).

Les derniers non-inscrits profitent des conseils de la nuit pour choisir leur distance. Malgré la pression, Runonline s’alignera sur le 30km et non pas sur le 36km; Vinvin et Colibri opteront pour le 20km, histoire que la TTTT (comprendre Tortues du Taillefer Trail Team) soit au complet; les autres s’aligneront sur les distances prévues.

A partir de 8h du matin, les départs s’effectuent par vagues toutes les 10 minutes. Les premiers partiront pour 36km, puis pour 30km, puis 20km (dont je fais parti) et enfin le 10km (que je ne verrais donc pas).

Le parcours commence par une montée assez exigeante qui aura pour vertu d’étirer le peloton, le parcours sera donc fluide pour tous tout au long du parcours. Dès les premiers mètres, le ton est donné. Un de mes compagnons d’infortune utilise un de ses bâtons pour me faire un croche-patte… Une fois arrivés en haut de cette cote, nous enchainons sur une descente de 500D- qui nous fera successivement passer par une piste de ski, un sous-bois, de petits sentiers le long de champs.

Nous entrons ensuite dans le hameau du Rivier puis empruntons un chemin longeant un cours d’eau, que nous traverserons via un passage à gué. Nous repassons dans un sous-bois. Je me rend compte que j’ai des problèmes d’accroche par moment; j’avais déjà remarqué par le passé que mes XR Crossmax avait des limites d’accroches en conditions limites. Nous continuons alors notre descente sur le hameau de Pont des Oulles.

A la sortie du hameau, mes 3 acolytes se rappellent que l’année dernière, cette portion avait été rendue très glissante par le pluie. Cette année, pas de problème, nous sommes sous le soleil… Par contre, il a plu la veille… Nous repassons dans la forêt. Nous profitons de la partie roulante pour envoyer un peu. En voulant doubler une participante, mon pied droit glisse sur une pierre cachée par des feuilles mortes humides. En voulant me rattraper, mon pied gauche heurte une autre pierre. Et paf, la cheville…

Les TTTTiens arrivent pour m’aider. En me relevant, je sens que quelque chose ne va pas. Je sens que ma cheville est « lourde », comme s’il y avait de la terre mouillée collée sous ma semelle, mais il n’en est rien. Pour pouvoir repartir, le Colibri me passe ses bâtons qui me seront bien utiles pendant les 3km et les 400D+ suivants. Mes muscles sont encore chaud et je peux repartir. La montée est exigeante, surtout que Vinvin et le p’tit Colibri se retrouvent avec une paire de bâtons pour 2; Nino, lui, fait la trace et donne le rythme. Après un effort non négligeable, qui laissera des traces dans les quadriceps les jours suivants, nous arrivons à un village (qui permet de refaire le plein des poches à eau) puis un check-point.

Le Colibri m’ayant tellement vanté les qualités des pompiers, je décide de m’arrêter. J’ai le droit à un coup de bombe à froid et à un strapping de la cheville. J’abandonne donc là mon équipe qui repart en direction du ravitaillement du KM10. Je me fais ramener au Col d’Ornon (départ de la course) par un pompier. Je les retrouverai un peu plus de 2 heures plus tard, exténués mais visiblement heureux du travail accompli.

Bilan

Le weekend a été vraiment excellent. J’ai vraiment hâte d’être l’année prochaine pour voir ce qu’il se passe en haut du sommet ;). Par contre, en venant, je n’imaginais pas repartir avec un tel souvenir de l’Oisans…

Oh, la jolie entorse !

 

17 Comments

  1. Pingback: Runnosphere.org - Trail de l’oisans : des bloggers et du D+

  2. Pingback: @Shuseth » 2012, une année mitigée

  3. Pingback: @Shuseth » Trail du Josas 2013

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.