Running #62 – Lyon Urban Trail

Le Lyon Urban Trail (LUT pour les intimes) était avant tout l’occasion, pour moi, de passer un weekend à Lyon chez des amis. Je dois dire que le weekend m’a comblé.

L’avant course

J’ai profité du samedi pour me reposer un peu (la semaine a été longue). L’objectif de la matinée fut de récupérer les dossards à la mairie, puis de récupérer le produit technique place de la mairie. Ce dernier n’était pas un t-shirt, mais une paire de manchons siglée LUT. Le stand des manchons étant camouflé au milieu de stand des « partenaires de la course » et personne à la remise des dossards ne le rappelant, je pense que de nombreux coureurs n’y sont pas allés…

Soit dit en passant, devoir passer devant tant de stands dont celui de Salomon a porté ces fruits, après d’âpres négociations (un peu plus de 23% tout de même), j’ai craqué pour le même sacs Salomon XT advanced skin que Clara et Noostromo.

Pour me remettre de ces premières émotions du weekend, nous avons fait la première BRP (comprenez Bouchon Running Party) où les pâtes sont remplacées par une salade où il n’y a quasiment pas de salade mais beaucoup de (bonne) charcuterie, un gratin d’andouillette (très léger…) et un crème caramel brûlée.

Pour digérer tout ça, et histoire de se mettre en appétit pour le BRP #2, nous déambulons en découvrant Lyon et ses Traboules pendant quelques heures avant d’échouer au deuxième bouchon de la journée… J’ai été plus « raisonnable », je n’ai pris qu’une entrecôte de Salers (ok, 300g quand même…).

Le jour J

Comme cela en devient une habitude, nous sommes dans les derniers à nous présenter dans le sas de départ.

Pour la durée de la course, j’arborerai le dossard #6008 le temps de la rando.

Le premier kilomètre se passe doucement (en mode rando quoi !) jusqu’à la première bouchon difficulté.

Nous avançons tant bien que mal et atteignons le premier kilomètre où nous avons une superbe vue sur la « tour Eiffel » locale.

C’est dans l’euphorie de la rando qu’un inconnu nous chauffe en partant brusquement en courant. Défi accepté. Julien (un de mes amis lyonnais) et moi partons à sa poursuite… et le dépassions 400 mètres plus tard !

Une fois les machines lancées, difficiles de les arrêter; nous continuons de courir sans nous arrêter. Mais cela ne nous empêche pas de faire du sight running. Je découvre Lyon au fil des difficultés: Croix Rousse, Fourvière… Je ne rate rien des amphithéâtres romains ainsi que de la piste de descente de VTT (transformée épisodiquement en piste de ski).

L’Amphithéâtre

Piste de VTT (et de ski)

Un certain Shuseth (encore frais)

Au hasard d’une ruelle, nous dépassons Rasmette qui nous accompagne sur quelques dizaines de mètres.

 

La Croix Rousse sera la dernière difficulté du parcours 12km. Nous redescendons alors vers la place de la mairie. Quelle ne fut pas ma surprise en découvrant que les dernières marches à monter et à descendre étaient celles de la mairie.

Photo (floue) de l’arrivée à la mairie

La mairie vue de la ligne d’arrivée

Bilan

Que dire si ce n’est que je me suis régalé et que j’en étais presque à regretter de ne pas avoir signé pour le 23km. D’ailleurs l’année prochaine…

Le tracé

PS

N’énervez pas les marmottes lyonnaises!

16 Comments

  1. Pingback: Running #63 – Récup

  2. Pingback: RS#138 – Le printemps est là ! | Noostromo's Blog

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.